Zoom s’attaque finalement au problème massif du Zoom-bombing

Zoom a une fois de plus augmenté ses contrôles de sécurité pour empêcher le «Zoom-bombing» ou « bombardement Zoom » et autres cyberattaques sur les réunions.

Deux des nouvelles fonctionnalités permettent aux modérateurs d’agir en tant que «videurs de boite de nuit», leur donnant la possibilité de supprimer et de signaler les participants perturbateurs. La fonction «Suspendre les activités des participants» est activée par défaut pour tous les utilisateurs gratuits et payants. Les participants à la réunion peuvent également signaler un utilisateur perturbateur directement à partir du client Zoom en cliquant sur le badge «Sécurité» en haut à gauche.

Par ailleurs, le géant de la visioconférence a également déployé un outil interne qui agit comme un filtre, empêchant les interruptions de réunion (comme le bombardement) avant qu’elles ne se produisent.

Se débarrasser des participants perturbateurs sur Zoom

Sous l’icône Sécurité, les hôtes et les co-hôtes ont désormais la possibilité de suspendre temporairement leur réunion et d’éjecter un participant perturbateur ou un bombardier Zoom, selon un article du blog de la société américaine.

« En cliquant sur ‘Suspendre les activités des participants’, toutes les vidéos, l’audio, le chat en réunion, les annotations, le partage d’écran et l’enregistrement pendant cette période s’arrêteront et les ateliers se termineront « , a expliqué la société. « Il sera demandé aux hôtes ou co-organisateurs s’ils souhaitent signaler un utilisateur de leur réunion, partager des détails et éventuellement inclure une capture d’écran. »

zoom

Une fois que le signaleur a cliqué sur «Soumettre», l’utilisateur incriminé sera supprimé de la réunion et les organisateurs pourront reprendre la réunion en réactivant individuellement les fonctionnalités qu’ils souhaitent utiliser.

« L’équipe de confiance et de sécurité de Zoom sera notifiée », selon l’hôte. « Zoom leur enverra également un e-mail après la réunion pour recueillir plus d’informations. »

En ce qui concerne la deuxième amélioration, les propriétaires de compte et les administrateurs peuvent activer des fonctionnalités de rapport pour les participants non hôtes, afin qu’ils puissent signaler les utilisateurs perturbateurs à partir de l’icône de sécurité (les hôtes et les co-hôtes ont déjà cette capacité).

Les deux nouvelles commandes sont disponibles sur l’application mobile et pour les clients de bureau Zoom pour Mac, PC et Linux.

La prise en charge du client Web et de l’infrastructure de bureau virtuel (VDI) sera déployée plus tard cette année, a déclaré la société. VDI est un modèle informatique basé sur un serveur utilisé par des applications comme Citrix ou VMware.

Notifiant de réunion à risque

L’outil interne, baptisé «At-Risk Meeting Notifier» ou « notifiant de réunion à risque », analyse les publications sur les réseaux sociaux et d’autres sites Web à la recherche de liens de réunion partagés publiquement, une exposition qui peut conduire à un bombardement.

Le bombardement est une tendance qui a commencé plus tôt en 2020, car les confinements contre le coronavirus ont entraîné des pics massifs dans l’utilisation du service de vidéoconférence. Zoom a vu sa base d’utilisateurs passer de 10 millions en Décembre 2019 à 300 millions en Avril lors de la montée en puissance de la pandémie COVID-19 et du passage au travail à distance. Ces attaques se produisent lorsqu’un individu malveillant accède aux informations de connexion et «plante» une session Zoom, partageant souvent du contenu pour adultes ou autrement dérangeant.

Pour contrecarrer ce type d’attaques, le nouvel outil peut détecter les réunions qui semblent présenter un risque élevé d’être perturbées, a déclaré Zoom et il alerte automatiquement par e-mail les propriétaires de compte, en leur fournissant des conseils sur la marche à suivre.

Ces conseils incluent la suppression de la réunion vulnérable et la création d’une nouvelle avec un nouvel ID de réunion, l’activation des paramètres de sécurité ou l’utilisation d’une autre solution Zoom, comme les webinaires vidéo Zoom ou OnZoom.

« Pour rappel, l’un des meilleurs moyens de sécuriser votre réunion Zoom est de ne jamais partager votre identifiant ou mot de passe de réunion sur un forum public, y compris les réseaux sociaux », a expliqué l’entreprise américaine.

Si cet article vous a plu, jetez un œil notre article précédent.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Annotations
Voir tout les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis, laissez un commentaire.x
()
x