Western Digital confirme avoir ralentit le WD Blue SN550

0

Western Digital a confirmé avoir changé la mémoire flash NAND dans l’un de ses modèles de SSD M.2 NVMe les plus populaires, le WD Blue SN550, qui a ralentit les vitesses d’écriture selon plusieurs rapports, entraînant une baisse des performances de 50%.

La société affirme qu’à l’avenir, elle introduira également un nouveau numéro de modèle lors de toute modification matérielle de ses produits ayant un impact sur les performances.

Western Digital a ajouté que, bien qu’ils n’aient pas informé les clients de ce changement, ils ont mis à jour la fiche technique du WD Blue SN550.

« En juin 2021, nous avons remplacé la NAND dans le SSD WD Blue SN550 NVMe et mis à jour le firmware », a déclaré un porte-parole de Western Digital.

« À l’époque, nous avons mis à jour la fiche technique du produit. Pour une plus grande transparence à l’avenir, si nous apportons une modification à un SSD interne existant, nous nous engageons à introduire un nouveau numéro de modèle chaque fois que les spécifications publiées associées sont affectées.

« Nous apprécions nos clients et nous nous engageons à fournir les meilleures solutions possibles pour leurs besoins de stockage de données. »

Réduction jusqu’à 50% de la vitesse d’écriture

Le premier à signaler que Western Digital a remplacé la mémoire flash hautes performances de ses SSD Blue SN550 M.2 NVMe par une mémoire de qualité inférieure sans en informer ses clients était le site d’information technologique chinois Expreview.

Le remplacement de la NAND a entraîné une diminution globale des vitesses d’écriture allant jusqu’à 50 %, selon Expreview, un rapport que Tom’s Hardware a confirmé plus tard.

Alors que dans des conditions normales, les SSD avec mémoire NAND échangée sont aussi rapides que ceux avec le matériel d’origine, les nouveaux ne peuvent pas suivre les demandes d’écriture une fois le cache SLC de 12 Go épuisé, et leurs performances passeront de 610 Mbps à un maigre 390Mbps.

Même si la société n’a pas révélé la raison du changement, l’explication possible est la pénurie mondiale actuelle de puces à semi-conducteurs causée par la pandémie de COVID-19, qui s’est propagée à près de 170 secteurs industriels.

Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), le plus grand fabricant de puces sous contrat au monde, prévoit également d’augmenter les prix jusqu’à 20 % fin 2021 ou début 2022, comme l’a rapporté le Wall Street Journal récemment.

Laisser un commentaire