ukraine

Ukraine: 6 Hackers arrêtés par la police

La police en Ukraine a mis la main sur 2 différents groupes de hackers impliqués dans des attaques DDoS contre des agences de presse. Ils ont aussi subtilisé de l’argent de plusieurs citoyens Ukrainiens.

Selon les autorités, les 4 suspects qu’ils ont arrêté la semaine dernière, tous âgé entre 26 et 30 ans, ont volé près de 5 million de Hryvnia (environ 157 473,81€) appartenant à des citoyens Ukrainiens en piratant leurs ordinateurs.

Les suspects ont scannés les ordinateurs vulnérables sur Internet et les ont infectés avec un Trojan(cheval de Troie) pour prendre le contrôle de leurs systèmes.

Ils ont ensuite activé un key-logger sur les ordinateurs infectés dans une tentative de mettre la main sur les données bancaires des victimes.

rdp-malware-hacker

Après avoir acquit les données bancaires et financières des victimes, les hackers se connectent sur les comptes en lignes et transfèrent les fonds vers leurs propres comptes.

Les suspects ont aussi laissé des portes dérobées (backdoor) sur les ordinateurs pour pouvoir garder leur accès.

Des poursuites judiciaires sont en cours contre ces quatre suspects.

Deux Hackers en Ukraine arrêtés pour des attaques DDoS

Dans un autre communiqué de presse, la Police a annoncé la mise en examen de deux autres hackers, âgés de 21 et 22 ans, suspecté d’avoir orchestré des attaques DDoS. Certaines de leurs victimes seraient des sites d’information de la ville de Marioupol et des établissement d’enseignement publics.

ddos hacking software

Selon les autorités, le duo a développé deux outils de DDoS qu’ils ont utilisé pour envoyer des centaines de requêtes automatiques par seconde. Leur victime était un site d’information régional.

Ils encourent jusqu’à 6 ans de prison selon l’article 361 du Code Pénal de l’Ukraine.

L’Ukraine est l’un des pays dans le monde qui est le plus actif dans le domaine de la cybercriminalité.

N’oubliez pas de laisser un commentaire et de partager l’article. Si cet article vous a plu, jetez un œil à notre précédent article.

Laisser un commentaire