nso group

NSO Group défend ses actions

Lors d’une rare présentation publique, Shiri Dolev, la présidente de NSO Group Technologies, s’est plainte de ce qu’elle appelle des “faux mythes” à propos de sa firme.

Dolev a aussi indirectement attaqué les plateformes de messageries sécurisées, expliquant que les compagnies de surveillance devront bientôt intervenir là ou les autorités ne peuvent pas.

NSO Group Technologies est une entreprise israélienne de sécurité informatique fondée en 2010 par Niv Carmi, Omri Lavie, et Shalev Hulio. Elle est implantée à Herzelia en Israël et est constituée de deux cents employés. Elle a été rachetée en 2014 par la société Francisco Partners pour 145 millions de dollars.

En Octobre, Facebook a poursuivi en justice NSO Group pour avoir créer des outils qui ont apparemment été utilisé pour lire les messages WhatsApp des journalistes et des activistes.

nso group

Durant la conférence de technologie Mint the Tech à Tel Aviv, Dolev a déclaré: “Les terroristes et criminels utilisent les plateformes de réseaux sociaux et les applications que nous utilisons tout les jours pour répandre le terrorisme et le crime.” Elle a expliqué que la clé pour contourner l’utilisation de messageries chiffrées est “d’accéder aux informations sensibles qui sont cachées dans les applications sécurisée.”

“Malheureusement, protéger la confidentialité des gens normaux permet aux criminels et aux terroristes de se cacher. Vous devez trouver une aiguille dans une botte de foin, tout en maintenant la confidentialité.” a déclaré Dolev.

En plein milieu de la bataille avec Facebook, les employés de NSO Group ont attaqué en justice le réseau social, affirmant que la compagnie avait bloqué sans raisons leurs comptes privés sur Facebook et Instagram, ainsi que les comptes de certains membres de leurs familles.

Combattre les faux mythes autour de NSO Group

“Nous aurions aimé pouvoir répondre à tout ce qui est dit sur nous dans les médias, mais nous ne pouvons pas risquer de révéler l’identité de nos clients ou ce qu’ils font,” a dit Dolev.

Facebook accuse NSO Group d’avoir aidé des espions gouvernementaux à pénétrer les smartphones de près de 1400 utilisateurs. La plupart des ces utilisateurs était des diplomates, des dissidents politiques, des journalistes et des fonctionnaires haut-placés.

“Je souhaiterais qu’on puisse vous présenter les personnes qui travaillent pour nous, cela éclaircirait la situation,” affirme-t-elle. “Si nous pouvions vous parler des pédophiles capturés et des attaques terroristes évitées, le discours des médias à propos de NSO Group changerait.”

Elle affirme aussi que NSO a aidé les autorités à localiser les victimes après l’effondrement d’un parking à Tel Aviv il y’a 3 ans et après la tragédie du barrage Brumadinho au Brésil où près de 270 personnes sont mortes.

“Il y’a beaucoup de mythes négatifs à propos de nous,” selon Dolev. “Nous n’utilisons pas la technologie, nous ne sommes pas une compagnie d’espionnage, nous ne vendons pas et ne sommes pas exposé aux informations de nos clients.”

En réponse aux déclarations de Dolev, Amnesty International Israël a déclaré sur Twitter: “Au lieu de parler du sujet de la conférence, la directrice de NSO a utilisé cette opportunité pour essayer de sauver l’image de NSO.”

Amnesty International a lancé une procédure pour que le Ministère de la Défense Israélienne révoque la licence d’export de NSO Group.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de