Google banni 600 applications à cause de publicité intrusive

Google a supprimé près de 600 applications Android du Play Store pour avoir diffusé des publicités envahissantes et désagréables dont il n’est pas facile de se débarrasser. Le géant de l’internet a déclaré que c’était une nouvelle étape pour la lutte contre la fraude publicitaire sur mobile.

Google a déclaré que les applications avaient violé sa politique relative aux annonces envahissantes et sont donc également interdites sur les plateformes de monétisation des annonces de Google, Google AdMob et Google Ad Manager.

L’un des comportements violateurs consiste à diffuser des “annonces hors contexte” – où les utilisateurs sont bombardés de publicités dans des lieux et à des moments auxquels ils ne s’attendent pas. Les applications gratuites sont souvent monétisées en affichant des annonces entre les niveaux d’un jeu, par exemple, ou entre les zones de menu – pendant que les utilisateurs utilisent une application.

Cependant, un grand nombre d’applications incriminées signalées par Google affichaient des publicités aléatoires et intrusives même lorsque les applications n’étaient pas en cours d’utilisation. Ou, si l’utilisateur tente de quitter l’application et d’accéder à l’écran d’accueil, le flux attendu est interrompu par une annonce.

Google a durci le ton

Google ne tolère pas les publicités qui entravent ou interfèrent avec l’utilisabilité des fonctions de l’appareil – par exemple, l’affichage d’une fenêtre contextuelle qui empêche l’utilisateur d’accéder à autre chose sur le téléphone et qui ne disparaît pas même si l’application est fermé.

google

“Imaginez que vous receviez inopinément une annonce qui rempli votre écran lorsque vous tentez de passer un appel téléphonique, déverrouillez votre téléphone ou lorsque vous utilisez la navigation détaillée de votre application de gps préférée”, a déclaré Per Bjorke, chef de produit senior pour Ad Traffic Quality chez Google, dans une annonce. “Les développeurs malveillants sont de plus en plus doués dans le déploiement et le masquage des publicités intrusives.”

Certaines applications ont également enfreint la politique “interstitielle non autorisée” de Google. Les publicités interstitielles ne peuvent à nouveau être affichés que dans le contexte de l’application elle-même, et on doit pouvoir facilement les fermées.

«Alors que les consommateurs deviennent moins tolérants à l’égard des expériences d’utilisateur médiocres, les plateformes commencent à appliquer plus étroitement leurs politiques concernant les publicités et le contenu acceptables», a déclaré Cory Schnurr, responsable de l’innovation sur le marché pour The Media Trust.

«Ce qui était autrefois considéré comme une recommandation devient maintenant une exigence que les éditeurs exigent de leurs partenaires en amont. La récente action de Google n’est qu’une des actions de plus en plus nombreuses effectuées par les sites Web, les applications mobiles et les plates-formes qui distribuent du contenu pour garantir que les annonces qu’elles diffusent respectent diverses politiques de sécurité, de données et de qualité créative. Ces actions reflètent un changement stratégique qui donne la priorité aux relations avec les utilisateurs à long terme par rapport aux revenus publicitaires à court terme. »

google

Bjorke a déclaré que Google a mis en place des équipes dédiées à la détection des développeurs malveillants qui créent ce type d’annonces, car il considère cela comme une “tentative de fraude à l’écosystème mobile” en incitant les utilisateurs à cliquer involontairement sur des annonces. Cela génère du trafic non valide et gaspille les dépenses publicitaires des annonceurs, a noté Bjorke.

Ils ont également développé de nouvelles technologies en interne, a-t-il déclaré, notamment une approche basée sur le machine-learning pour détecter quand les applications diffusent des publicités hors contexte.

“La fraude publicitaire sur mobile est un challenge pour l’industrie qui peut apparaître sous de nombreuses formes différentes avec une variété de méthodes, et peut nuire aux utilisateurs, aux annonceurs et aux éditeurs”, a déclaré Bjorke. «À mesure que nous progressons, nous continuerons d’investir dans de nouvelles technologies pour détecter et prévenir les menaces émergentes qui peuvent générer du trafic non valide, y compris des publicités intrusives, et pour trouver plus de façons d’adapter et de faire évolué notre plate-forme et nos politiques d’écosystème pour garantir que les utilisateurs et les annonceurs sont protégés contre les mauvais comportements. “

Si cet article vous a plu, jetez un œil à notre article précédent.