Facebook poursuit en justice une firme Hongkongaise

Facebook semble avoir décidé de mener des actions en justice contre ceux qui abusent de leur plateforme. Le géant américain a décidé de poursuivre en justice une compagnie Hongkongaise ainsi que 2 individus Chinois pour avoir abusé de sa plateforme de publicité pour distribuer des malwares et commettre de la fraude publicitaire.

Facebook a porté plainte le 5 Décembre contre la firme ILikeAd Media International Company Ltd. , ainsi que contre l’un des développeurs de la firme, Chen Xiao Cong et leur directeur de marketing, Huang Tao.

Les 3 accusés ont apparemment poussé les victimes à installer des malwares sur leurs systèmes. Ils ont ensuite activé ces mêmes malwares pour compromettre les comptes des utilisateurs et utilisé ces comptes piratés pour faire la publicité de marchandise contrefaite et de pilules minceurs. Ces actions sont une violation des conditions d’utilisation et de la politique de publicité de Facebook.

“Le but de la plainte est de tenir pour responsable ILikeAd Media International Company Ltd. , Chen Xiao Cong et Huang Tao pour avoir créé le malware, poussé des gens à l’installer, compromis les comptes Facebook des victimes et utilisé ces comptes pour afficher de la publicité frauduleuse,” a déclaré la compagnie américaine dans un communiqué quand ils ont annoncé la poursuite en justice.

Selon le géant américain, les accusés ont utilisé des méthodes indécentes tel que le “celeb bait(appat de célébrité)” et le “camouflage” pour pousser les utilisateurs à télécharger et installer le malware qui compromet leurs comptes.

Pour effectuer ce camouflage, ils ont délibérément caché la vraie destination d’un lien de l’annonce publicitaire en affichant une version de la publicité aux services de Facebook et une autre version pour les utilisateurs. Le “celeb bait” est une méthode qui consiste à utiliser les photos de célébrités dans les publicités pour pousser les utilisateurs à cliquer dessus.

“Les méthodes de camouflage sont souvent sophistiquées et bien organisées, ce qui rend les choses plus compliquées pour identifier les individus et les organisations qui se cachent derrière ces procédés. Il n’y a donc pas eu énormément d’actions légales de ce type,” a déclaré le géant américain.

Depuis Avril, la compagnie a notifié des centaines de milliers d’utilisateurs que leurs comptes ont peut être été compromis et leur a demandé de changer leurs mots de passe.

Facebook a aussi révélé avoir délivrer plus de 4 millions de dollars en dédommagement aux victimes dont les comptes ont été utilisé pour afficher des annonces publicitaires non-autorisées et les a aussi aidé à sécuriser leurs comptes compromis.

Facebook s’attaque, depuis quelques temps, aux sociétés douteuses qui dissimulent leurs publicités sur son réseau social. Bien souvent, lorsqu’il les démasque, le géant américain n’engage pas de poursuite à leur encontre.

Selon la compagnie américaine, les stratagèmes de cloaking sont souvent sophistiqués dans ce genre d’affaires, parvenir à remonter jusqu’aux responsables est assez rare et les actions en justice sont donc par conséquent peu courantes.

Facebook multiplie les plaintes

Le mois dernier, Facebook avait aussi annoncé qu’ils poursuivaient en justice NSO Group pour avoir piraté 1400 appareils mobiles en abusant de la plateforme de messagerie sécurisé Whatsapp qui appartient à Facebook.

facebook

En Août l’année dernière, Facebook a porté plainte contre deux développeurs d’application Android, ‘LionMobi’ de Hong-Kong et ‘JediMobi’ de Singapour, pour avoir mis en place un plan de fraude au clic en programmant des bots pour qu’ils cliquent sur des publicités de Facebook.

En Mars l’année dernière, Facebook a aussi poursuivi deux ukrainiens en justice pour avoir utilisé des applications de quizz sur la plateforme pour distribuer un malware qui vole les données d’utilisateurs de Facebook.

En mai dernier, la firme américaine a poursuivi en justice une société sud-coréenne nommée Rankwawe. Il s’agissait en fait d’une application qui analysait le score d’influence sociale des utilisateurs. Les données récoltées par l’application auraient été utilisées à des fin de ciblage publicitaire et cela n’aurait pas respecté le contrat passé avec Facebook et c’est pour cela que la firme américaine a poursuivit l’application pour usage abusif de ses données.

Un autre cas, plus récent cette fois, marque le succès de Facebook face à une entreprise néo-zélandaise, l’entreprise de Mark Zuckerberg avait poursuivi une entreprise proposant de faux like aux utilisateurs d’Instagram. La finalité du procès pour l’entreprise avait été une amende de 500 000 dollars à payer à Facebook et l’entreprise avait été totalement bannie du réseau social.